Je suis à l’image de cet article

La liste des choses qui marquent notre vie quotidienne ne s’arrête pas de grandir. Ce que l’on appelle vaguement “train de vie” renferme une certaine quantité de variables, toutes propres à chacun, qui fait que chaque “train de vie” partage son unicité avec la personnalité de celui qui le vit. 

Cela ne veut pas dire que certaines variables ne sont pas communes; parmi elles, je ne trouve pas qu’il soit prétentieux d’avancer que l’entourage fait partie des pierres angulaires de chaque individu, et que la qualité dudit entourage est une priorité.

En gros: s’avoir bien s’entourer est absolument nécessaire; tout le monde veut avoir un solide crew. 

Cela ne fait pas longtemps que ma vie professionnelle a vu le jour. Du haut de mes 22 ans et de mes (néanmoins) nombreux essais de vie, je commence tout juste à mettre le pied dans un bain dont la température me paraît agréable. 

Jusqu’ici, j’ai eu mes moments de chance, et d’autres moins fructueux. Pour faire passer la pillule, j’ai commencé à croire que chacune de ces étapes, les agréables comme les moins, font partie de celles que je dois vivre pour évoluer. Ça offre une légère consolation durant les temps plus incertains, et l’assurance d’une lumière au bout de chaque tunnel. 

Mon emploi actuel est donc relativement récent, et je suis encore en plein dans la douce phase qu’est celle de l’extase, à laquelle se mêle un sentiment de découverte qui vient presque assouvir ma curiosité grandissante. Ce qui me rend si enthousiaste à l’idée de, chaque matin, passer le pas de la porte du bureau, ce n’est pas seulement la diversité des tâches quotidiennes; ce sont aussi les personnes qui peuplent ledit bureau. 

J’ai la chance de travailler au sein d’une équipe jeune, dynamique, et entièrement féminine. Si les deux premiers qualificatifs se retrouvent systématiquement sur les offres d’emplois qui pullulent sur le web, retirant ainsi une grande partie de leur valeur à ces mots, c’est néanmoins sur le dernier point cité que je désire m’attarder. 

Bien entendu, quand je dis que je ne travaille qu’avec des femmes, les retours sont partagés. Ce ne sera une surprise pour personne; la première sorte d’exclamations que je reçois relève généralement du “Ah ? et ça marche bien ?”, “Pas trop de chicanes ?”, “Oh comme ce doit être chiant !” ou encore “J’imagine qu’il y a beaucoup de blabla makeup ?” C’est donc armée de patience que je tente de répondre à chacun de ces commentaires, en tentant de conserver un ton aussi bienveillant que possible. 

Spoiler alert : le succès est relatif; ma patience n’a de légendaire que le cynisme qui l’accompagne.  

Et puis il y a l’autre genre de réponses que je reçois. Elle se veut plus douce, et vient généralement (ô surprise!) d’autres femmes, qui parfois peinent à cacher la légère lueur d’envie qui vient s’installer dans leurs yeux – et s’empressent de me demander comment se déroule mon “typical day to day”.

Ma foi, relativement bien. Comment en pourrait-il être autrement ? Je suis entourée de personnes aussi différentes que merveilleuses, blindées de forces mais qui n’ont pas peur de montrer leurs faiblesses – faisant ainsi de ces dernières des qualités en devenir. 

Nous sommes toutes devenues à l’aise les unes avec les autres, et il n’a pas fallu longtemps pour qu’une solidarité vienne s’installer au bureau, flottant comme un nuage invisible, mais que l’on ressent toujours. Le leadership est tranquillement dirigé d’une main assurée mais humble, dont la bienveillance n’a d’égal que les rires tendres qu’elle engendre. 

La place de chacune n’est autre que celle qui a été auto-définie, et ces nuances sont en mouvement constant, laissant ainsi une large place à l’apprentissage et à l’affirmation de soi qui vient avec la recherche personnelle. Cette dernière aussi occupe l’espace commun, et grandir en son sein devient un jeu bien plus qu’une épreuve. 

La limite entre conseils professionnels et conseils de vie s’est vite brouillée, pour mon plus grand bonheur. Qu’il est bon de voir comme des situations de vie peuvent se décliner ! Les approches sont celles de femmes d’expérience, et par là j’entends non pas qu’elles sont âgées, mais que toutes ont leur lot de bagage de vie – et le partage de ces derniers fait partie de la transmission quasi religieuse à laquelle j’ai l’occasion d’assister tous les jours. 

Je n’aurais pu rêver meilleur soutien, meilleure ambiance de travail, meilleur début professionnel, en fait. Bien plus que des collègues dont la présence rythme mon quotidien hebdomadaire, j’ai trouvé des amies, des oreilles attentives, des opinions honnêtes, des femmes merveilleuses. Je me souhaite de rester si bien entourée aussi longtemps que possible. C’est pourquoi, chaque jour, c’est avec entrain que j’ouvre la porte blanche du bureau, café en main, prête à commencer la journée avec les sourires de ma girl team, dont les rires résonnent le long des murs. 

Je suis à l’image de cet article; absolument imparfaite, mais aussi transparente que possible. 

Amy